Subhead

 Historique de l'église d’HOREB

C’est en souvenir du temps fort que Moïse a eu avec l’ETERNEL sur la Montagne que notre temple, le premier construit dans le département a été dédicacé en 1962, sous le nom d’HOREB, douze ans après en avoir franchi le seuil.

En effet, le temple d’HOREB reste également un vivant témoignage des laïcs œuvrant à Fort de France et ses environs malgré les difficultés rencontrées face à une population superstitieuse, fanatique, à qui il était interdit de lire la Bible.

C’est en 1919 que, pour la première fois à la Martinique, la Parole fut prêchée par le Pasteur GIDDINGS, missionnaire originaire de la Guyane, installé à Fort-de-France, rue Lazare Carnot.

Durant trente et un ans, le petit groupe d’adventistes du 7ème jour erra d’un lieu à un autre sur le territoire de la ville capitale : rue GARNIER PAGES, Croix de BELLEVUE, chez DORNEVILLE, chez SYLVESTRE.

Cette église, sise chez SYLVESTRE, ancienne route de Schœlcher, Fort-de-France, stimulée par le dynamisme de ses anciens, des instructions de ses pasteurs et des conseils du secrétaire de la Mission des Antilles-Guyane, n’avait qu’un objectif : Répandre la bonne nouvelle du salut dans tous les coins et recoins de la ville.

L’Evangile a été répandu dans les diverses communes par les frères et sœurs qui s’y sont rendus.

En 1948, la première chorale formée montrait l’intérêt particulier éveillé dans le domaine musical.

C’est aussi à cette période que l’église « chez SYLVESTRE » connut un moment d’anxiété : le propriétaire réclamait sa maison. Les dirigeants se trouvaient dans l’impossibilité d’obtenir un nouveau local, car les gens, craignant l’excommunication ne louaient plus aux adventistes du 7ème jour.

 


temple adventiste Horeb La solution fut de se disperser en 20 groupes bien organisés dans les foyers.

Réunis en assemblée générale au cinéma BATACLAN au début de l’année 1949, en présence d’un invité : le Président de l’union Caribéenne, du président de la mission des Antilles et Guyane Française : pasteur COMBES et de son secrétaire trésorier pasteur ROTH, les membres à l’unanimité ont réclamé bruyamment un lieu de culte.

Sur une propriété bâtie, acquise auparavant sur la route de Schœlcher, étaient installés les bureaux de la Mission. Il fut donc décidé de consacrer le reste de la propriété à l’implantation d’un lieu de culte.

En attendant la construction de ce temple, une bâtisse en tôles nommée « Tabernacle » fut érigée sur une propriété achetée sur la route des Religieuses par pasteur DUNN, l’un des premiers présidents de la Mission.


Les membres dispersés purent enfin adorer DIEU ensemble, dans un même local.

Les fondations du temple de la route de Schœlcher terminées, on procéda à la 1ère cérémonie de pose de pierres en Août 1949. Les pierres offertes par les nombreux frères et sœurs furent gravées à leur nom.

Aujourd’hui, ces pierres témoignent du sacrifice consenti pour l’implantation de l’œuvre de l’Evangile à la Martinique.

A la fin de la construction du temple, les membres qui habitaient à l’Est de la ville restèrent au « Tabernacle » et ceux qui résidaient à l’Ouest, se dirigèrent vers le nouveau « temple de l’Ouest » et s’y installèrent le 20 Août 1950.

 


En 1962, le temple de l’Ouest fut dédicacé « Horeb » sous l’égide de feu pasteur BERMINGHAM.

Les membres de cette communauté ont toujours donné une place de choix à l’éducation chrétienne. En 1954, une classe de cours préparatoire comptant 18 élèves ouvrit ses portes à Horeb, grossie plus tard d’un cours élémentaire. Elle fut transférée deux ans plus tard à Kerlys, comprenant alors quatre classes pour un total de 180 élèves.

En Octobre 1962, un embryon de 8 élèves, donna naissance à une école maternelle de 3 classes qui pendant 42 ans, dans les locaux de l’église, offrit aux nombreux enfants qui la fréquentèrent une formation académique très appréciée des parents, mais surtout dirigea les regards et les cœurs des tout-petits vers le Maître de l’univers : leur Sauveur, Jésus-Christ .

Les membres de cette église, toujours très actifs, ont contribué par l’implantation d’écoles annexes à la formation de toutes les églises environnantes.

Nous avons la joie d’avoir encore vivante une de nos pionnières qui fréquenta les différents lieux de culte, depuis LAZARE CARNOT ; elle fut baptisée à DORNEVILLE en Mai 1936. Ses enfants, encore actifs dans différentes églises, ont fréquenté l’église de « chez SYLVESTRE ».

La première personne baptisée à Horeb était une femme, c’était le 30 décembre 1950.

Le premier enfant consacré était une petite fille.

Le premier mariage célébré était celui de Christian et Eugénie.

Aujourd’hui, HOREB est une église composée en majorité d’adultes et de personnes âgées. Ces derniers bien qu’ayant l’esprit jeune, sont chargés du poids des ans. Ils font de leur mieux pour transmettre aux jeunes générations le flambeau, qui comme un phare, doit conduire au port les naufragés de la vie.